Derniers articles

Avril 2011

Dossiers A65   LGV

Idées tourisme à St-Justin

Au pays de l'armagnac

L'armagnac en fête 2011

Les sangsues et les grenouilles

Il pleuvra des étoiles

Cuisson à l'étouffée

La vocation et la Base BA118

à pied ou en vélo

La ronflante est de sortie

La poule au pot

Une journée dans la Lande

Vertige de l'Adour

La plage près d'ici

Le Moulin de Poyaller

Arme Nucléaire

à Cheval à Saint-Justin

Lundi de Pentecôte

Malichecq renaît

Merveille des landes

Sur le circuit de Nogaro

Les jardins de Nonères

Sur le rail dans les landes

Le musée nouveau est arrivé

La base BA118 de Mont de Marsan

Les anciennes du Gabardan

Objectif Paysages des Landes

Merveille des Landes

Les grues cendrées

la blanche d'Armagnac

les fêtes de l'Armagnac

Circulation interdite en forêt

les fêtes de Vielle Soubiran

Le jardin des plantes

la FERIA de Douzvielle

le dernier café

Le retour des fossiles

Journée découverte TER

A la découverte de l'or

Opéra aux fenêtres

Ecomusée de l'Armagnac

La base de loisirs du Marsan

Notre Dame des Cyclistes

Exposition de peintures

Centre Jean Rostand

Du Vatican aux Landes

Tourisme à la ferme

Terre d'Armagnac

Sanguinet à l'âge de bronze

L'Armagnac à 700 ans

Distillation de L'Armagnac

Chemin de Saint-Jacques

A english man on the Road

Les Amis de Saint-Jacques

La Romieu

Le jour de la St Jacques

L'a65 conduit à Compostelle

Des trésors menacés

Landaise des amis de Saint-Jacques

St Avit, Une fresque qui fait vibrer

La halte de Cagnotte

Les pèlerins font le chemin

 

Actualités diverses

le Marsan à l'horizon 2030

La zone euro

Sortir de l'euro

Replanter de d'avoine

Les maires en panne

Notre compétence première

l'inflation + 2,1%

Qui va payer ?

Victoire pour Ikea

C'est l'Atlantide sud. . .

Non à Atlantisud

Peur sur la ville

Les projets Atlantisud, Ikea

les Mirages F1 rentrent de Libye

Portrait Valérie Cohou

Démographie en aquitaine

Bascule vers la TNT

Saint-Luc le grand truc

Mort à Saint-Justin

Les mariages forcés

Moules frites

Taxés plus pour payer plus

Optimiste pour les Landes

la route de la transhumance

Coup de gueule du 11 septembre

La révolte des abeilles

Les palombières en effervecences

Piqures de guêpe, frelons, abeille

Un nid de frelons asiatiques

Nouveaux arrêtés préfectoraux

Une vie après la mort

le canard se cuisine

Prison pour Jean-Marc Boine

30% d'avions en plus

Malaise et suicide à ONF

les fêtes de Douzvielle

Mourrir pour la forêt des Landes

Nettoyer la fôret

Gaz plus 20% en un an

Les gentils et les méchants

Supermarché menacé

Plus de radars mobiles

Cassé par le conseil d'état

Un corps dans la Douze

Justice sociale

Covoiturage

Caprice du ciel

Un primtemps trés sec

Supermarché recalé

Le Grand Moun

Accident de poids lourd

La fable du gaz et du ..

Le nématode menace la forêt

Passage à la TNT

Mystère de l'empoisonneur

Les anciennes du Gabardan

Elections cantonales

Menace sur le stade Montois

Accident de poids lourd

L'incapacité est un scandale

Intercommunale sur les rails

Entente sur les prix

Ramassage scolaire

Résilier Orange

Téléphone Orange

Un supermarché de trop

Contribution économique territoriale

Tractations sous la table

PLU & Supermarché

PLUIE de recours

Le loto de pôle emploi

On extermine les chats

1500 euros pour Klaus

Peur à Saint-Justin

Nouveaux radars automatiques

Pas de pénurie Landaise

La fôret Landaise

La guerre des chiffres

Stations fermées

Pénurie de carburant

Réforme des retraites

Stop, sens interdit

Visite de la ferme"

Deux supermarchés !!

500.000 Euros pour la salle

scolytes La double peine

Incendie dans les landes, 167ha

Feu vert pour hypermarché

Méchoui de sanglier

Risque d'incendies

Electricité 4% d'augmentation

Augemntation substancielle de

la Taxe d'habitation

la FERIA de Douzvielle

scolytes Le fléau

Hypermarché, les travaux ont c..

La maquette du Cora

Inquiètude dans le bourg

Storim VS Leclerc

Nouveau commerce

budgets municipaux à revoter

Budgets insincères

Le programme de la foire

Deux Maisons Médicales

Y a t'il diffamation ?

Un pavé dans la vitrine

Alerte météo 30 Mars

Au bonheur des dames

Budget "prudent et raisonné"

Tous les résultats second tour

Régionales 2010 second tour

Régionales 2010 1er tour

Saint-Justin au féminin

Un an et toutes ses dents

Esprit du service public

Danger de mort

Organisateurs de loto poursuivis

Agression à Saint-Justin

Distributeur de billets

L'état de la voirie

Trottoir et mâchoire brisée

Le conducteur décède

Taxes locales à la hausse

Taxe professionnelle

Défibrilateur c'est quoi ?

La Poste devient une S.A.

La Bastide d'Armagnac

Pharmacies dans le rouges

Journée TER découverte

Marché Nocturne

La guerre de 100 ans

Vide greniers

Les CHEMINART Font étape

Le club de l'Âge d'or redémarre

Roquefort

Gaz à tous les étages

Gabaret

Les élus votent 14 non 1 oui

Marché de producteurs

Le marché du dimanche

La Maison de la santé est ouverte

Saint Justin et le Touriste : La base renforce sa présence

Créée en 1945 sur les ruines d'un camp allemand, la base aérienne 118 est devenue l'incontournable locomotive du paysage local. La réforme des armées ne devrait qu'accentuer le mouvement.

 

 Une fois par mois, c'est la cérémonie des couleurs à la BA 118 : l'ensemble du personnel défile en uniforme.  photo nicolas le lièvre
Une fois par mois, c'est la cérémonie des couleurs à la BA 118 : l'ensemble du personnel défile en uniforme. photo nicolas le lièvre

Pour la plupart des Montois, la base aérienne est un sanctuaire. Tout au plus connaît-on l'entrée du site, au bout de l'avenue du Colonel-Rozanoff. Ensuite, interdiction d'entrer. De la « BA118 », le grand public ne voit guère plus que les avions dans le ciel, du Rafale à l'Antonov, en passant par le Casa et les Mirages.

Pourtant, la base multiplie les ponts vers l'extérieur. Et pas seulement à l'occasion des Journées du patrimoine. La preuve, le colonel Christophe Oursel, qui commande la base aérienne devenue base de défense, nous a ouvert grand les portes du sanctuaire. Un badge d'identification équipé d'un masque de protection en cas d'incendie nucléaire, un bus, un chauffeur, l'aspirant Christelle Hingant à la communication pour nous guider dans cette véritable cité, vraie ville dans la ville : nous voilà partis à la découverte de la BA 118.

 

Mini-armée de l'air

Première impression : un univers en vert kaki, camouflage et terre, on se croirait plongé dans une bande dessinée ou un film de guerre. Deuxième impression : c'est immense ! Entre la zone vie (les bureaux administratifs et les logements), la zone marina (le contrôle) et la zone chasse (les unités opérationnelles), le site s'étend sur 615 hectares et compte pas moins de 514 bâtiments. Il faut quelque 15 kilomètres de clôtures pour l'encercler.

Agrandissement

La BA 118, construite sur les ruines du camp allemand abandonné par l'occupant en 1945, compte parmi les plus grandes bases du territoire national. « C'est une pièce maîtresse du dispositif de défense », soulignait en février dernier le colonel Oursel, lors de la visite du ministre d'Alain Juppé, alors à la Défense.

« La BA 118 est une mini-armée de l'air à elle toute seule. Elle concentre 13 % du budget infrastructure national pour 2011 », poursuit le colonel. Avec 31 unités opérationnelles (soit le double d'une base standard), Mont-de-Marsan représente un ensemble quasi exhaustif des missions de l'Armée de l'air : la dissuasion nucléaire, le combat, la défense aérienne, la protection, l'expérimentation et la formation, le transport. Ce qui lui vaut de réceptionner tout type d'avions. « Jusqu'aux Antonov qui atterrissent sur le tarmac landais pour charger les hélicoptères à destination du théâtre afghan », embraye le colonel Oursel.

Mieux, dans le ciel au-dessus de la BA 118, un périmètre de 40 kilomètres autour de la ville est interdit à la circulation civile. Il permet de mener en toute sérénité les missions de combat aérien, le ravitaillement en vol et la permanence opérationnelle, voire les différentes expérimentations (à commencer par le pilotage à distance et la mise au point des drones). « Sans compter la zone au-dessus de l'océan où l'on peut réaliser les vols supersoniques sans nuisances pour la population civile. » Sans oublier les deux seuls champs de tir situés sur le sol national et implantés à Biscarrosse et Captieux en Gironde.

3 700 à 3 800 employés

Malgré la révision générale des politiques publiques et la restructuration des moyens militaires s'accompagnant de coupes budgétaires massives, la base landaise est plus que jamais tournée vers l'avenir. D'importants travaux sont en cours pour accueillir cette réorganisation : « Nous avons en permanence entre quatre et dix chantiers et une trentaine d'entreprises sur site pour rénover l'existant et préparer les nouvelles infrastructures », commente le colonel Oursel.

Dans le cadre de cette extension, 450 et 500 personnels supplémentaires sont attendus d'ici à l'été 2012 à Mont-de-Marsan, pour un effectif de 3 700 à 3 800 employés. Du côté des machines, là encore, la montée en puissance va s'opérer progressivement mais significativement. Aujourd'hui 25 avions tutoient le tarmac landais. Ils seront 65 à se partager la piste dans quelques mois. (lire par ailleurs). La réorganisation de la base passera aussi par l'arrivée d'une section Système sol air moyenne portée terrestre, et son important matériel de tir et de soutien.

Fin de la bombe

La vaste restructuration s'accompagne également de suppressions d'unités. Notamment la fin de l'aventure nucléaire à Mont-de-Marsan, avec le départ de la bombe, sur site depuis la première prise d'alerte en 1964 et le démantèlement du dépôt atelier de munitions spéciales.

Le cœur de cible de la BA118 sera amené à évoluer même si la mission de dissuasion nucléaire perdurera au moins à travers le ravitaillement des avions en vol. Une page se tourne aussi pour l'escadron de transport Ventoux et ses Casa, rapatriés sur la base de Creil, dans l'Oise.

Avec cette nouvelle physionomie, plus que jamais offensive, la base aérienne de Mont-de-Marsan maintient son ancrage dans le paysage et l'économie de l'agglomération montoise.

Extrait du Journal le Sud Ouest10 mars 2011 06h00 | Par aude ferbos

 

 Paysages dans l'objectifTourisme :

La base renforce sa présence

 

Votre commentaire ici Votre commentaire ici

Votre commentaire ici

Ecrire au webmasterEcrire au webmaster

Du même auteur : Aude Ferbos

 

l'A65 conduit à Compestelle

Dans On a marché sur l'A65

le Viaduc du Ciron

l'Échangeur de Captieux

Bourriot-Bergonce, Bostens, Roquefort

l'enfer du paradis perdu

Le Caloy (entre Lucbardez et Gaillères)

Les Arbouts, à Saint-Gein

Le Vignau de David ZANCHIN

La déviation d' Aire-sur-l'Adour

Et enfin Garlin

Voir les photos vu du ciel de Nicolas le Lièvre

Au musée
J'ai visité le musée de la BA118

Le musée de la base 118 à Mont de Marsan est ouvert au public. Historique complète et commentée de l'aviation d'avant guerre à la base d'après jusqu'a ce jour. Impressionnante collection de maquette souvent des pièces uniques entièrement faîtes main.

Voir le diaporamaVoir le diaporama

Chercher sur le site www.saint-justin.eu

Saint-Justin© 2007 • Charte de bonne conduite• Mise à jour le 10.03.2011

Tourisme à Saint-Justin -  La base renforce sa présence