Derniers articles

Avril 2011

Dossiers A65   LGV

Développer Actualités diverses

 

Tourisme - Sorties

Au pays de l'armagnac

L'armagnac en fête 2011

Les sangsues et les grenouilles

Il pleuvra des étoiles

Cuisson à l'étouffée

La vocation et la Base BA118

à pied ou en vélo

La ronflante est de sortie

La poule au pot

Une journée dans la Lande

Vertige de l'Adour

La plage près d'ici

Le Moulin de Poyaller

Arme Nucléaire

à Cheval à Saint-Justin

Lundi de Pentecôte

Malichecq renaît

Merveille des landes

Sur le circuit de Nogaro

Les jardins de Nonères

Sur le rail dans les landes

Le musée nouveau est arrivé

La base BA118 de Mont de Marsan

Les anciennes du Gabardan

Objectif Paysages des Landes

Merveille des Landes

Les grues cendrées

la blanche d'Armagnac

les fêtes de l'Armagnac

Circulation interdite en forêt

les fêtes de Vielle Soubiran

Le jardin des plantes

la FERIA de Douzvielle

le dernier café

Le retour des fossiles

Journée découverte TER

A la découverte de l'or

Opéra aux fenêtres

Ecomusée de l'Armagnac

La base de loisirs du Marsan

Notre Dame des Cyclistes

Exposition de peintures

Centre Jean Rostand

Du Vatican aux Landes

Tourisme à la ferme

Terre d'Armagnac

Sanguinet à l'âge de bronze

L'Armagnac à 700 ans

Distillation de L'Armagnac

Chemin de Saint-Jacques

A english man on the Road

Les Amis de Saint-Jacques

La Romieu

Le jour de la St Jacques

L'a65 conduit à Compostelle

Des trésors menacés

Landaise des amis de Saint-Jacques

St Avit, Une fresque qui fait vibrer

La halte de Cagnotte

Les pèlerins font le chemin

 

Solidarité - Social

Les Restos du coeur inquiets

L'appel d'Olivier Berthe

Chapeau bas

Je vis grâce aux dons

Niches fiscales

Bénévoles malgré la crise

le système nous broie

la faillite politique

De plus en plus pauvres

La précarité énergétique

Déclaration d'élus

Une véritable catastrophe

les raisons de la colère

La crise alimentaire

en dessous de la réalité

13,5% de la population

La révolte des abeilles

Persil lave plus blanc

Les supermarchés et l'emploi

Dignité et considération

Collecte alimentaires

Les émeutes de la faim

3,6 Millions de mal logés

mourir à St-Justin

Olivier Besancenot

Eric CANTONA

La 26eme campagne

la population sensible

le Conseil général voit rouge

Maraude d'été

K.O. debout mais ...

Les enfoirés cambriolés

Emmaus en grêve

les restos du coeur lancent une ...

Collecte dans les supermarchés

Carnaval aux Restos du coeur

925 euros pour les Restos du coeur

CIAS : Poisson d'avril ?

Le bon bilan du CIAS

Les restos donnent de la voix

Tout sur les horaires

Déjeuner avec Adrianna Karembeu

Gabaret dans la discrétion

Les Restos du coeur sont anxieux

La grande collecte

Dépassé par la crise

La précarité (11/2008)

La page des restos

Dossier A65
Le dossier LGV TGV LGV

Saint Justin : Le mystère de l'empoisonneur des chats du village

A Sabres (Landes), depuis deux mois, entre rumeurs et disparitions de chats, la psychose gagne le village. La gendarmerie enquête.

 

 Laurette pense que, dans le quartier, « quelqu'un en veut aux chats ».  Photo Georges Durand
Laurette pense que, dans le quartier, « quelqu'un en veut aux chats ». Photo Georges Durand

C'est un coin de nature un peu à l'écart de Sabres où poussent une trentaine de bicoques vertes et rouges autour d'un cimetière. Un lieu paisible où l'on aime les animaux, le jardinage et les barbecues entre voisins. Mais depuis quelques semaines, la psychose trouble la quiétude du paisible quartier résidentiel du Petit Bourg. Car ici, des chats meurent. Et les circonstances de leur décès sont tout sauf naturelles.

Laetitia cherche son matou depuis le mois d'août. Disparu. Elle n'a pas de preuve, mais depuis « l'affaire », elle se pose des questions. « J'ai un voisin qui en a eu six empoisonnés, je ne pense pas qu'il a porté plainte. Des voisins disent que des gens savent qui fait ça », poursuit-elle. D'autres riverains disent que « ceux qui savent ont peur ».

 

Laurette, elle, n'a pas de doute. Snoopy a été empoisonné. C'est la vétérinaire qui le lui a dit. Son chat, elle l'a trouvé agonisant près de chez elle. Elle l'a enterré dans le jardin. Puis c'était le tour de Tao. La vétérinaire a bien cru le sauver, mais elle n'a rien pu faire. Elle a dit à Laurette que le chat avait ingurgité des sardines à l'huile. Et un produit organo-phoshoré. La vétérinaire, elle a dit aussi que « pour un cas comme ça avéré, il y en a au moins dix non avérés ». Elle a porté plainte. Elle pense que « quelqu'un en veut aux chats, c'est cruel ».

D'autant que Laurette n'est pas un cas isolé dans le quartier. Chez Nathalie aussi, il y a eu une hécatombe. C'était à la même période, début janvier. Trois chattes, à trois jours d'intervalle. Elles bavaient, en hypothermie, puis elles sont mortes. La première, elle l'a vue quelques heures avant, avec une « sardine fraîche » au bec. Le chien a bien failli y passer aussi. « Il sentait aussi la sardine », jure Nathalie.

Un peu plus loin, c'est chez Jacqueline que le tueur a sévi. « La petite a pleuré. » Kiki avait encore la tête d'une sardine crue dans la bouche. Le reste, il l'avait ingurgité. Elle suppose que la plupart des victimes sont des chats castrés « parce qu'ils ont plus d'appétit ».

Nouvelle plainte déposée

Laurette a mené son enquête. Elle dénombre « 16 disparitions de chats » dans le quartier. Elle pense que « quand les gendarmes sont venus, cela a stoppé le tueur ». Mais elle est inquiète. Récemment, une nouvelle plainte pour empoisonnement de chat a été déposée à l'autre bout du village.

Dans la boulangerie, une élue a déposé une affiche recommandant de surveiller les animaux domestiques. « On en a beaucoup parlé pendant un moment, de ces chats empoisonnés. Puis il y a eu l'incendie de la palombière, ça a déplacé l'attention », analyse une habitante.

Depuis le mois de janvier, les gendarmes multiplient les auditions. Ils ont bien sûr interrogé le poissonnier. Rapport aux sardines. Mais de là à déterminer le profil d'un tueur de chat… « C'est un peu nouveau » reconnaît le major Dubois, commandant de la communauté de brigades de gendarmerie de Sore. « Il faut rester prudent, pour l'instant aucun lien n'a été fait entre la dernière plainte et les cas du mois de janvier. Il ne faudrait pas céder à la psychose, ni aux rumeurs. On parle de 16 chats, mais pour l'instant, nous n'avons que trois plaintes et nous n'avons enregistré que six chats empoisonnés. Si des gens ont des disparitions de chats à signaler, il faut qu'ils viennent nous voir », poursuit le militaire.

Dans un taillis, des boîtes de sardines vides ont été trouvées. Les gendarmes misent maintenant sur les analyses toxicologiques des échantillons de vomi recueillis par Laurette auprès de Tao. Ceux-ci ont été envoyés à l'École vétérinaire de Lyon. Les résultats seront connus dans quelques jours.

Chez Nathalie, seul un gros mâle dénommé Pot de colle a survécu au massacre. Sa maîtresse est formelle : il n'a jamais aimé le poisson.

 

Extrait du Journal le Sud Ouest25 février 2011 09h57 | Par Yann Saint-Sernin

 

Actualité  :

Le mystère de l'empoisonneur des chats du village

 

Votre avis publier ici Votre commentaire ici

Envoyer un commentaire à publier ici

Ecrire au webmasterEcrire au webmaster

On extermine bien les chats

Lire l'article, déjà, sur le même sujet

Déjà 30 chats disparus à Saint-Justin

Et a Saint Justin c'est pour quand ?

Faire quelque chose pour les disparitions de chats plus d'une 30 aine en moins de 3 ans ça le fait ! NON ??

CLO..I

Chercher sur le site www.saint-justin.eu

Saint-Justin© 2007 • Charte de bonne conduite• Mise à jour le 26.03.2011

Saint- Justin -  Le mystère de l'empoisonneur des chats du village