Derniers articles

Avril 2011

Dossiers A65   LGV

Autres articles

Les Restos du coeur inquiets

L'appel d'Olivier Berthe

Chapeau bas

Je vis grâce aux dons

Niches fiscales

Bénévoles malgré la crise

le système nous broie

la faillite politique

De plus en plus pauvres

La précarité énergétique

Déclaration d'élus

Une véritable catastrophe

les raisons de la colère

La crise alimentaire

en dessous de la réalité

13,5% de la population

La révolte des abeilles

Persil lave plus blanc

Les supermarchés et l'emploi

Dignité et considération

Collecte alimentaires

Les émeutes de la faim

3,6 Millions de mal logés

mourir à St-Justin

Olivier Besancenot

Eric CANTONA

La 26eme campagne

la population sensible

le Conseil général voit rouge

Maraude d'été

K.O. debout mais ...

Les enfoirés cambriolés

Emmaus en grêve

les restos du coeur lancent une ...

Collecte dans les supermarchés

Carnaval aux Restos du coeur

925 euros pour les Restos du coeur

CIAS : Poisson d'avril ?

Le bon bilan du CIAS

Les restos donnent de la voix

Tout sur les horaires

Déjeuner avec Adrianna Karembeu

Gabaret dans la discrétion

Les Restos du coeur sont anxieux

La grande collecte

Dépassé par la crise

La précarité (11/2008)

La page des restos

 

Actualités diverses

le Marsan à l'horizon 2030

La zone euro

Sortir de l'euro

Replanter de d'avoine

Les maires en panne

Notre compétence première

l'inflation + 2,1%

Qui va payer ?

Victoire pour Ikea

C'est l'Atlantide sud. . .

Non à Atlantisud

Peur sur la ville

Les projets Atlantisud, Ikea

les Mirages F1 rentrent de Libye

Portrait Valérie Cohou

Démographie en aquitaine

Bascule vers la TNT

Saint-Luc le grand truc

Mort à Saint-Justin

Les mariages forcés

Moules frites

Taxés plus pour payer plus

Optimiste pour les Landes

la route de la transhumance

Coup de gueule du 11 septembre

La révolte des abeilles

Les palombières en effervecences

Piqures de guêpe, frelons, abeille

Un nid de frelons asiatiques

Nouveaux arrêtés préfectoraux

Une vie après la mort

le canard se cuisine

Prison pour Jean-Marc Boine

30% d'avions en plus

Malaise et suicide à ONF

les fêtes de Douzvielle

Mourrir pour la forêt des Landes

Nettoyer la fôret

Gaz plus 20% en un an

Les gentils et les méchants

Supermarché menacé

Plus de radars mobiles

Cassé par le conseil d'état

Un corps dans la Douze

Justice sociale

Covoiturage

Caprice du ciel

Un primtemps trés sec

Supermarché recalé

Le Grand Moun

Accident de poids lourd

La fable du gaz et du ..

Le nématode menace la forêt

Passage à la TNT

Mystère de l'empoisonneur

Les anciennes du Gabardan

Elections cantonales

Menace sur le stade Montois

Accident de poids lourd

L'incapacité est un scandale

Intercommunale sur les rails

Entente sur les prix

Ramassage scolaire

Résilier Orange

Téléphone Orange

Un supermarché de trop

Contribution économique territoriale

Tractations sous la table

PLU & Supermarché

PLUIE de recours

Le loto de pôle emploi

On extermine les chats

1500 euros pour Klaus

Peur à Saint-Justin

Nouveaux radars automatiques

Pas de pénurie Landaise

La fôret Landaise

La guerre des chiffres

Stations fermées

Pénurie de carburant

Réforme des retraites

Stop, sens interdit

Visite de la ferme"

Deux supermarchés !!

500.000 Euros pour la salle

scolytes La double peine

Incendie dans les landes, 167ha

Feu vert pour hypermarché

Méchoui de sanglier

Risque d'incendies

Electricité 4% d'augmentation

Augemntation substancielle de

la Taxe d'habitation

la FERIA de Douzvielle

scolytes Le fléau

Hypermarché, les travaux ont c..

La maquette du Cora

Inquiètude dans le bourg

Storim VS Leclerc

Nouveau commerce

budgets municipaux à revoter

Budgets insincères

Le programme de la foire

Deux Maisons Médicales

Y a t'il diffamation ?

Un pavé dans la vitrine

Alerte météo 30 Mars

Au bonheur des dames

Budget "prudent et raisonné"

Tous les résultats second tour

Régionales 2010 second tour

Régionales 2010 1er tour

Saint-Justin au féminin

Un an et toutes ses dents

Esprit du service public

Danger de mort

Organisateurs de loto poursuivis

Agression à Saint-Justin

Distributeur de billets

L'état de la voirie

Trottoir et mâchoire brisée

Le conducteur décède

Taxes locales à la hausse

Taxe professionnelle

Défibrilateur c'est quoi ?

La Poste devient une S.A.

La Bastide d'Armagnac

Pharmacies dans le rouges

Journée TER découverte

Marché Nocturne

La guerre de 100 ans

Vide greniers

Les CHEMINART Font étape

Le club de l'Âge d'or redémarre

Roquefort

Gaz à tous les étages

Gabaret

Les élus votent 14 non 1 oui

Marché de producteurs

Le marché du dimanche

La Maison de la santé est ouverte

 

Tourisme - Sorties

Au pays de l'armagnac

L'armagnac en fête 2011

Les sangsues et les grenouilles

Il pleuvra des étoiles

Cuisson à l'étouffée

La vocation et la Base BA118

à pied ou en vélo

La ronflante est de sortie

La poule au pot

Une journée dans la Lande

Vertige de l'Adour

La plage près d'ici

Le Moulin de Poyaller

Arme Nucléaire

à Cheval à Saint-Justin

Lundi de Pentecôte

Malichecq renaît

Merveille des landes

Sur le circuit de Nogaro

Les jardins de Nonères

Sur le rail dans les landes

Le musée nouveau est arrivé

La base BA118 de Mont de Marsan

Les anciennes du Gabardan

Objectif Paysages des Landes

Merveille des Landes

Les grues cendrées

la blanche d'Armagnac

les fêtes de l'Armagnac

Circulation interdite en forêt

les fêtes de Vielle Soubiran

Le jardin des plantes

la FERIA de Douzvielle

le dernier café

Le retour des fossiles

Journée découverte TER

A la découverte de l'or

Opéra aux fenêtres

Ecomusée de l'Armagnac

La base de loisirs du Marsan

Notre Dame des Cyclistes

Exposition de peintures

Centre Jean Rostand

Du Vatican aux Landes

Tourisme à la ferme

Terre d'Armagnac

Sanguinet à l'âge de bronze

L'Armagnac à 700 ans

Distillation de L'Armagnac

Chemin de Saint-Jacques

A english man on the Road

Les Amis de Saint-Jacques

La Romieu

Le jour de la St Jacques

L'a65 conduit à Compostelle

Des trésors menacés

Landaise des amis de Saint-Jacques

St Avit, Une fresque qui fait vibrer

La halte de Cagnotte

Les pèlerins font le chemin

 

Saint Justin et la pauvreté : Mis à pied pour avoir tenté d'emporter des fruits périmés

Un employé de Monoprix à Marseille a été mis à pied lundi et entendu par sa direction lors d'un entretien préalable à licenciement mercredi pour avoir tenté de sortir six melons et deux salades récupérés dans le conteneur à poubelles, a-t-on appris jeudi de sources concordantes. (c) Afp

 


Un employé de l'enseigne Monoprix a été suspendu après avoir essayé de récupérer des melons et des salades dans les poubelles du magasin.

Un employé d’un magasin Monoprix à Marseille a été mis à pied lundi 4 juillet et entendu par sa direction lors d'un entretien de licenciement le mercredi suivant pour avoir tenté de sortir six melons et deux salades récupérés dans le conteneur à poubelles.

"Les faits constatés dans le magasin et reprochés à ce collaborateur sont contraires au règlement intérieur du magasin", a affirmé un porte-parole de l'enseigne.

 

Une mise à pied dite "conservatoire"

Agé de 59 ans, père de six enfants et travaillant chez Monoprix depuis huit ans, l’employé "a été contrôlé à la sortie du magasin avec des melons et des salades", a ajouté le porte-parole, refusant de confirmer que ces fruits et légumes avaient été récupérés dans les poubelles du magasin.

Selon Avelino Carvalho, représentant CGT du Monoprix situé sur la Canebière, "il n'est pas sorti du magasin, il a récupéré dans le conteneur à poubelles des fruits et salades périmées". "Un cadre du magasin l'a vu faire et a demandé l'intervention des agents de sécurité", a-t-il ajouté.

"Quand il y a une infraction au règlement intérieur, il y a une mise à pied à titre conservatoire" qui "n'est pas une sanction" mais qui "vise à faire la lumière sur ce qui s'est passé", a déclaré le porte-parole de l’enseigne, précisant que l'employé conservait son salaire, un élément mis en doute par le représentant CGT.

"A deux ans de la retraite"

La décision sera signifiée à l'employé dès lundi prochain après le respect du délai légal obligatoire.

"Une décision de sanction peut être prise mais elle n'est pas automatique et cette sanction est proportionnée à la gravité de l'agissement, ce qui veut dire que ce n'est pas parce que c'est un entretien préalable à licenciement que derrière il y a un licenciement", a rappelé le porte-parole de Monoprix.

"On est scandalisé par la disproportion totale entre le licenciement envisagé et ce qui s'est passé", a souligné M. Carvalho. "Kader est vraiment abattu. Il est à deux ans de la retraite. Il a mis au courant sa femme et ses enfants au bout d'une semaine parce que c'est paru dans la presse", a-t-il ajouté.

Le Nouvel Observateur - AFP Info nouvel ObsPublié le 08-07-11 à 07:15 Nouvelobs.com

 

Extrait du Journal le Sud OuestSur la page Facebook de Monoprix, les internautes se révoltent contre la mise d'un employé qui avait tenté de récupérer des légumes périmés

 

Cliquez pour agrandir, Cet employé de 59 ans, père de six enfants, travaillait chez Monoprix depuis huit ans
Cet employé de 59 ans, père de six enfants, travaillait chez Monoprix depuis huit ans

Après la mise à pied d'un employé de Monoprix à Marseille pour avoir tenté de récupérer des légumes périmés, les internautes expriment leur indignation sur la page Facebook de l'enseigne.

"Inadmissible ! Honteux ! Par principe je vais éviter les monoprix désormais", écrit un internaute. Plusieurs appellent au boycott. D'autres ironisent avec le slogan de la marque : "Monoprix, on fait quoi pour vous aujourd'hui ?".

"A tous, nous entendons toutes vos remarques et les regardons avec la plus grande attention. En aucun cas nous n'opérons de filtre sur notre page. Si nous ne pouvons commenter pour le moment l'affaire qui touche notre salarié, nous pouvons vous assurer qu'elle est analysée avec le plus grand soin par le groupe Monoprix", a répondu la marque sur sa page Facebook.

Un message qui a suscité plusieurs centaines de commentaires.

 

Un groupe Facebook "Soutien à Kader, employé de Monoprix", qui regroupe 281 membres, "demande la réintégration de Kader".

Sondage du journal le SUD OUEST, cliquez pour voirSur notre site, l'affaire a suscité plus de 75 commentaires. Plus de 2.400 personnes ont répondu à notre sondage. Près de 94% pensent que récupérer des légumes périmés n'est pas un motif valable de renvoi.

Père de six enfants et employé depuis huit ans au sein de l'enseigne, Kader a été mis à pied lundi pour avoir tenté de récupérer six melons et deux salades dans les poubelles. "Les faits constatés dans le magasin et reprochés à ce collaborateur sont contraires au règlement intérieur du magasin", a affirmé un porte-parole de l'enseigne.

"On est scandalisé par la disproportion totale entre le licenciement envisagé et ce qui s'est passé", a exprimé un représentant CGT.

Extrait du Journal le Sud Ouest8 juillet 2011 11h13 | Par Sudouest.fr
.Intermarché, Monoprix, mise à pied, suspension, licenciement, Banques,Révolution,FRANCE,BELGIQUE,Eric Cantona,Géraldine Feuillien,YOUTube,FACEbook,TWItter

 

Colluche et les restos du coeur Solidarité :

Mis à pied pour avoir tenté d'emporter des fruits périmés

 

Ecrire votre commentaire Votre commentaire ici

Votre commentaire ici

Ecrire au webmasterEcrire au webmaster

Cliquez ici pour faire un doncolluche

Les supermarchés ne créent pas d'emploi

Les supermarchés détruisent l'emploi et les commerces de centre ville.

Depuis la création des premiers supermarchés (sous giscard) la France est devenue le champion du monde dans ce domaine.

La limite du suportable a t'elle été franchie. Entre les agriculteurs exploités, les producteurs de lait payés moins cher au litre de lait que l'eau potable.

Les consommateurs peut rassurés par la qualité alimentaire et l'énorme masse de salariés sous payés ou licenciés pour des motifs cachés comme l'âge, le sexe, la nationalité etc...

Signé : un licencié de chez Carrefour

Voici la honte de la France

Voilà déjà 26 ans, un gars que l'on prenait pour un con (Coluche) lançait les restos du cœur pour un hiver, aujourd'hui en 2010, à l'ère de l'internet, du respect de l'environnement et de la Connerie, des gens meurent toujours de faim et de froid.. Vive le ...progrès!!! Si vous êtes en accord avec ceci,clic sur j'aime et partager

Katia

Monoprix, le quotidien c'est pas si sympa

Monoprix, le quotidien c'est pas si sympa.Mais que cette boite est sympa, dis donc ! Impossible de faire plus cool que Monoprix. Cela fait longtemps que l'enseigne cultive la proximité et la complicité avec ses clients. D'un côté, il y a le monde froid des hypermarchés ou des discounters, il y a le monde ringard des petites surfaces et puis il y a le monde du plaisir, qui est celui de Monoprix ; La marque a même décroché cette année un grand prix de communication grâce à son très réussi nouveau style de packaging, ces paquets colorés qui nous parlent et nous font des clins d'œil avec leurs blagues à deux balles...Tout cela est destiné sur le plan économique à nous faire oublier les prix plus élevés que dans les autres magasins : on va chez Monoprix pour se faire plaisir, pas pour acheter. Donc, on paye sans barguigner.

Mais voila, dans le monde enchanté des contes de fées, il y a souvent de mauvaises surprises. Et le palais de Monoprix de Marseille Canebière cachait une sorcière dans un coin. Elle a méchamment renvoyé un salarié qui emportait six melons et deux salades avariés, récupérés dans la poubelle. Un homme de 59 ans, père de six enfants.

Evidement quand on entend ca le matin à la radio, en tant que consommateur bobo, on se rappelle que la boite sympa qui fait du bio et de l'écolo, et bien, elle est comme les autres supermarchés : elle paye mal son personnel et elle le renvoie pour des broutilles. La chaine des bobos est chère, mais cela ne profite surement pas à ses salariés. Alors pourquoi retourner chez eux?

Morale de ce conte ? Quand on communique sur le « sympa » il faut être sur que tout est fait au sein de l'entreprise pour être vraiment « sympa ». Si c'est un simple habillage, un simple packaging, cela peut nous éclater au nez. Alors certes, la direction a réagi très vite en annonçant aujourd'hui vendredi que l'employé ne serait pas licencié, mais simplement mis à pied pour un jour. Mis à pied pour un jour pour recycler des produits qui partaient à la poubelle ? Perdre un jour de salaire quand on en est à compter les euros ? Voila qui n'est toujours pas très sympa...Monoprix aurait du l'augmenter. Comme elle ne l'a pas fait, elle devra dépenser encore plus pour nous le faire oublier. Ou bien changer de comm' et assumer le fait que le monde de la distrib' c'est tout sauf sympa.

Claude Soula Nouvel Obs

Chercher sur le site www.saint-justin.eu

Saint-Justin© 2007 • Charte de bonne conduite• Mise à jour le 09.07.2011

La solidarité et Saint-Justin -  Mis   à pied pour avoir tenté d'emporter des fruits périmés