Derniers articles

Avril 2011

Dossiers A65   LGV

Autres articles

Les Restos du coeur inquiets

L'appel d'Olivier Berthe

Chapeau bas

Je vis grâce aux dons

Niches fiscales

Bénévoles malgré la crise

le système nous broie

la faillite politique

De plus en plus pauvres

La précarité énergétique

Déclaration d'élus

Une véritable catastrophe

les raisons de la colère

La crise alimentaire

en dessous de la réalité

13,5% de la population

La révolte des abeilles

Persil lave plus blanc

Les supermarchés et l'emploi

Dignité et considération

Collecte alimentaires

Les émeutes de la faim

3,6 Millions de mal logés

mourir à St-Justin

Olivier Besancenot

Eric CANTONA

La 26eme campagne

la population sensible

le Conseil général voit rouge

Maraude d'été

K.O. debout mais ...

Les enfoirés cambriolés

Emmaus en grêve

les restos du coeur lancent une ...

Collecte dans les supermarchés

Carnaval aux Restos du coeur

925 euros pour les Restos du coeur

CIAS : Poisson d'avril ?

Le bon bilan du CIAS

Les restos donnent de la voix

Tout sur les horaires

Déjeuner avec Adrianna Karembeu

Gabaret dans la discrétion

Les Restos du coeur sont anxieux

La grande collecte

Dépassé par la crise

La précarité (11/2008)

La page des restos

 

Actualités diverses

le Marsan à l'horizon 2030

La zone euro

Sortir de l'euro

Replanter de d'avoine

Les maires en panne

Notre compétence première

l'inflation + 2,1%

Qui va payer ?

Victoire pour Ikea

C'est l'Atlantide sud. . .

Non à Atlantisud

Peur sur la ville

Les projets Atlantisud, Ikea

les Mirages F1 rentrent de Libye

Portrait Valérie Cohou

Démographie en aquitaine

Bascule vers la TNT

Saint-Luc le grand truc

Mort à Saint-Justin

Les mariages forcés

Moules frites

Taxés plus pour payer plus

Optimiste pour les Landes

la route de la transhumance

Coup de gueule du 11 septembre

La révolte des abeilles

Les palombières en effervecences

Piqures de guêpe, frelons, abeille

Un nid de frelons asiatiques

Nouveaux arrêtés préfectoraux

Une vie après la mort

le canard se cuisine

Prison pour Jean-Marc Boine

30% d'avions en plus

Malaise et suicide à ONF

les fêtes de Douzvielle

Mourrir pour la forêt des Landes

Nettoyer la fôret

Gaz plus 20% en un an

Les gentils et les méchants

Supermarché menacé

Plus de radars mobiles

Cassé par le conseil d'état

Un corps dans la Douze

Justice sociale

Covoiturage

Caprice du ciel

Un primtemps trés sec

Supermarché recalé

Le Grand Moun

Accident de poids lourd

La fable du gaz et du ..

Le nématode menace la forêt

Passage à la TNT

Mystère de l'empoisonneur

Les anciennes du Gabardan

Elections cantonales

Menace sur le stade Montois

Accident de poids lourd

L'incapacité est un scandale

Intercommunale sur les rails

Entente sur les prix

Ramassage scolaire

Résilier Orange

Téléphone Orange

Un supermarché de trop

Contribution économique territoriale

Tractations sous la table

PLU & Supermarché

PLUIE de recours

Le loto de pôle emploi

On extermine les chats

1500 euros pour Klaus

Peur à Saint-Justin

Nouveaux radars automatiques

Pas de pénurie Landaise

La fôret Landaise

La guerre des chiffres

Stations fermées

Pénurie de carburant

Réforme des retraites

Stop, sens interdit

Visite de la ferme"

Deux supermarchés !!

500.000 Euros pour la salle

scolytes La double peine

Incendie dans les landes, 167ha

Feu vert pour hypermarché

Méchoui de sanglier

Risque d'incendies

Electricité 4% d'augmentation

Augemntation substancielle de

la Taxe d'habitation

la FERIA de Douzvielle

scolytes Le fléau

Hypermarché, les travaux ont c..

La maquette du Cora

Inquiètude dans le bourg

Storim VS Leclerc

Nouveau commerce

budgets municipaux à revoter

Budgets insincères

Le programme de la foire

Deux Maisons Médicales

Y a t'il diffamation ?

Un pavé dans la vitrine

Alerte météo 30 Mars

Au bonheur des dames

Budget "prudent et raisonné"

Tous les résultats second tour

Régionales 2010 second tour

Régionales 2010 1er tour

Saint-Justin au féminin

Un an et toutes ses dents

Esprit du service public

Danger de mort

Organisateurs de loto poursuivis

Agression à Saint-Justin

Distributeur de billets

L'état de la voirie

Trottoir et mâchoire brisée

Le conducteur décède

Taxes locales à la hausse

Taxe professionnelle

Défibrilateur c'est quoi ?

La Poste devient une S.A.

La Bastide d'Armagnac

Pharmacies dans le rouges

Journée TER découverte

Marché Nocturne

La guerre de 100 ans

Vide greniers

Les CHEMINART Font étape

Le club de l'Âge d'or redémarre

Roquefort

Gaz à tous les étages

Gabaret

Les élus votent 14 non 1 oui

Marché de producteurs

Le marché du dimanche

La Maison de la santé est ouverte

 

Tourisme - Sorties

Au pays de l'armagnac

L'armagnac en fête 2011

Les sangsues et les grenouilles

Il pleuvra des étoiles

Cuisson à l'étouffée

La vocation et la Base BA118

à pied ou en vélo

La ronflante est de sortie

La poule au pot

Une journée dans la Lande

Vertige de l'Adour

La plage près d'ici

Le Moulin de Poyaller

Arme Nucléaire

à Cheval à Saint-Justin

Lundi de Pentecôte

Malichecq renaît

Merveille des landes

Sur le circuit de Nogaro

Les jardins de Nonères

Sur le rail dans les landes

Le musée nouveau est arrivé

La base BA118 de Mont de Marsan

Les anciennes du Gabardan

Objectif Paysages des Landes

Merveille des Landes

Les grues cendrées

la blanche d'Armagnac

les fêtes de l'Armagnac

Circulation interdite en forêt

les fêtes de Vielle Soubiran

Le jardin des plantes

la FERIA de Douzvielle

le dernier café

Le retour des fossiles

Journée découverte TER

A la découverte de l'or

Opéra aux fenêtres

Ecomusée de l'Armagnac

La base de loisirs du Marsan

Notre Dame des Cyclistes

Exposition de peintures

Centre Jean Rostand

Du Vatican aux Landes

Tourisme à la ferme

Terre d'Armagnac

Sanguinet à l'âge de bronze

L'Armagnac à 700 ans

Distillation de L'Armagnac

Chemin de Saint-Jacques

A english man on the Road

Les Amis de Saint-Jacques

La Romieu

Le jour de la St Jacques

L'a65 conduit à Compostelle

Des trésors menacés

Landaise des amis de Saint-Jacques

St Avit, Une fresque qui fait vibrer

La halte de Cagnotte

Les pèlerins font le chemin

 

Saint Justin et la pauvreté : Accusée de vol de légumes et virée

Une jeune femme de 35 ans a été licenciée d'un magasin Ed pour vol de persil. Elle clame son innocence et saisit les prud'hommes.
Ces derniers mois, plusieurs cas de licenciements pour faute grave ont fait les gros titres, car les salariés menacés de licenciement avaient récupéré de la nourriture vouée à être jetée au sein de leur entreprise...

 

Etalages du marché de Nice le 26 mars 2011 (Sipa - Bebert Bruno)
Etalages du marché de Nice le 26 mars 2011 (Sipa - Bebert Bruno)

Une employée d'un magasin Ed à Nieppe (Nord) a été licenciée pour faute grave après la découverte dans sa voiture de légumes "défraîchis" qu'elle affirme avoir obtenu auprès d'un primeur indépendant et qui étaient destinés à ses lapins, a-t-on appris lundi 25 juillet auprès de l'intéressée.

Peggy Gérard, âgée de 35 ans, a reçu le 15 juillet sa notification de licenciement à la suite d'un entretien préalable avec son chef de secteur. Il lui est reproché d'avoir volé des salades, des poireaux et du persil dans ce supermarché situé près d'où elle occupait un poste d'agent de maîtrise.

 

"Je jetais pour 300 euros de marchandise par jour"

"Le 1er juin, un chef de secteur a voulu contrôler le coffre de ma voiture au moment où je rentrais chez moi pour la pause déjeuner", raconte cette mère célibataire qui travaille pour l'enseigne depuis octobre 2005, confirmant une information de la "Voix du Nord".

"J'ai refusé deux fois parce que j'estimais qu'il n'en avait pas le droit. Mais à la troisième, j'ai fini par accepter. Il a trouvé un sac poubelle noir avec les légumes dedans. L'après-midi, peu après la réouverture, on m'a dit de rentrer chez moi", précise-t-elle.

Des poubelles dans une rue. JAUBERT / SIPAPeggy Gérard a vainement produit une attestation du marchand confirmant qu'il lui avait bien remis, la veille des faits, les légumes en question. "Je n'ai jamais eu aucun souci. On ne m'a jamais reproché ne serait-ce qu'une pomme volée alors que je jetais pour 300 euros de marchandise par jour", déplore la jeune femme.

Force ouvrière à la rescousse

Peggy Gérard a saisi Force ouvrière qui va poursuivre Ed devant les prud'hommes en son nom. "C'est inadmissible. Non seulement nous irons au fond, mais il nous faut traiter l'urgence parce qu'Ed refuse de lui donner les attestations de [cotisations à] l'Assedic pour lui permettre de survivre", a indiqué Lionel Meuris, secrétaire général de l'union départementale FO du Nord.

"Les faits sont totalement injustifiés. Ed se grandirait en reconnaissant son erreur et en rétablissant son employée dans ses droits", a-t-il ajouté. Interrogée, la direction d'Ed a confirmé le licenciement, affirmant que Peggy Gérard avait "reconnu lors du contrôle de sortie avoir en sa possession de la marchandise en provenance du magasin".

Fin juin, un employé de Monoprix (Casino - Galeries Lafayette) à Marseille avait été mis à pied pour avoir tenté de sortir six melons et deux salades récupérés dans le conteneur à poubelles. Il a repris ses fonctions depuis.

. les supermarchés ne créent pas d'emploi. Banques,Révolution,FRANCE,BELGIQUE,Eric Cantona,Géraldine Feuillien,YOUTube,FACEbook,TWItter. AD discount licencie pour du persil sur une poubelle.
Info nouvel Obs Publié le 26-07-11   par - Le Nouvel Observateur - AFP

 

Colluche et les restos du coeur Solidarité :

Accusée de vol de légumes et virée

 

Ecrire votre commentaire Votre commentaire ici

Votre commentaire ici

Ecrire au webmasterEcrire au webmaster

Cliquez ici pour faire un doncolluche

Récupérer de la nourriture au sein de son entreprise, motif de licenciement en vogue

 

licenciements pour faute grave car les salariés avaient récupéré de la nourriture jetée...

Des salariés menacés de licenciement pour avoir récupéré de la nourriture au sein de leur entreprise. L’histoire n’est pas nouvelle et a même tendance à se répéter depuis quelque mois. Dernière affaire en date: celle de deux salariés du cabinet d'avocats parisien Gide-Loyrette-Nouel, licenciés pour avoir ramassé les restes de buffets organisés au sein de leur entreprise.

Selon les lettres de licenciement, identiques, reçues par les deux employés, leur direction leur reproche «la disparition régulière de nourriture et de bouteilles à l'issue de repas servis dans le cadre de réunions clients ou de réunions internes».  Les deux salariés reconnaissent s'être servis, mais uniquement d'aliments entamés en passe d'être jetés, selon  leur avocat, Maître Antoine Gillot. Ils ont reçu le 27 juin leur convocation pour un entretien préalable le 7 juillet, et ont été mis à pied à titre conservatoire. Ils vont saisir les prud'hommes.

Mis à pied pour avoir récupéré six melons et deux salades

Du côté de la grande distribution, qui n’apprécie pas que l’on «glane» dans ses poubelles, plusieurs affaires du même genre ont fait les gros titres ces derniers mois. Fin juin, un employé de Monoprix (Casino - Galeries Lafayette) à Marseille avait été mis à pied pour avoir récupéré six melons et deux salades dans les poubelles.

Un licenciement avait été envisagé, mais la direction avait finalement fait marche arrière, lui infligeant «une simple mise à pied d'une journée pour non-respect du règlement intérieur» et le laissant reprendre ses fonctions le 8 juillet.

Licenciée pour faute grave pour des légumes «défraîchis»

Le 15 juillet, c’était au tour d’une salariée d’un magasin ED à Nieppe, dans le Nord, de se voir notifier son licenciement pour faute grave. Fait reproché? Avoir volé des salades, des poireaux et du persil «défraîchis» dans le supermarché où elle travaille. Les légumes en question ont été découverts dans sa voiture par un chef de secteur le 1er juin dernier.

L’employée affirme les avoir obtenu auprès d'un primeur indépendant, qui a fourni une attestation le confirmant, mais la direction d'Ed a confirmé le licenciement, affirmant que la salariée avait «reconnu lors du contrôle de sortie avoir en sa possession de la marchandise en provenance du magasin». Elle a saisi Force ouvrière qui va poursuivre Ed devant les prud'hommes en son nom.

En Belgique aussi

A l’étranger aussi, le licenciement pour vol de nourriture devient commun. En Belgique, cinq employés du Lidl de Libramont ont ainsi été licenciés pour faute grave en novembre pour avoir emporté des produits destinés à être jetés en raison d’une panne de frigo, sur proposition d’une assistante-gestionnaire.

En octobre, c’était un salarié du Lidl de Montegnée qui avait été licencié, après avoir ressorti d’une poubelle deux oranges, trois poires et une mangue en «pertes» et les avoir posées sur la table du réfectoire du personnel.

Extrait 20 minutes Bérénice Dubuc

 

Voici la honte de la France

Voilà déjà 26 ans, un gars que l'on prenait pour un con (Coluche) lançait les restos du cœur pour un hiver, aujourd'hui en 2010, à l'ère de l'internet, du respect de l'environnement et de la Connerie, des gens meurent toujours de faim et de froid.. Vive le ...progrès!!! Si vous êtes en accord avec ceci,clic sur j'aime et partager

Katia

Chercher sur le site www.saint-justin.eu

Saint-Justin© 2007 • Charte de bonne conduite• Mise à jour le 29.07.2011

La solidarité et Saint-Justin -  Accusée de vol de légumes et virée