Derniers articles

Avril 2011

Dossiers A65   LGV

Dossier A65

L'après A65

On a attendu 40 ans la Pau-Bordeaux

Miracle Ă  Pouydesseaux

L'autoroute Bordeaux-Pau

l'agglo ou le piémont

Olivier de Guinaumont

Contre la mise à péage

Naissance sur l'A65

La future route Pau-Oloron

A65 pas de cadeaux

Coopération intercommunale

Cinq accidents en 24 h

Camion renversé et route bloquée

L'A65 coupée

33 mois de travaux

A65 La bataille sans fin

Un accord foncier

A propos du BĂ©arn

L'autoroute A65 a été fermée

Rentabilité A65

Accident sur l'A65

Pause dans les travaux

Le débat relancé

Partenariat avec les chasseurs

Stop à la polémique

RĂ©ductions de vitesse

RĂ©ductions de tarif

RN10 PĂ©age pour les landais

Le plein d'espoir

A65 Aire sur Adour SUD

A65 Baisse de tarif

Après l'A65, le dossier des LGV

Le barreau du Caloy

Tarifs au 01 février 2011

RN10 Ă  PĂ©age

Un pont sur la rocade

C'Ă©tait avant l'A65

A65 Interdiction

l'A65 Tarifs du péage

l'A65 pas le 14 décembre

Téléthon sur l'A65

Liaison A65-A89

Retard Ă  l'allumage A65

J-30 Ouverture A65

Du nouveau au Caloy

Sur la route de l'emploi

Le Fil D'aliénor N°8

Bostens, lot de consolation

L'A65 sur les cartes

l'A65 conduit Ă  Compostelle

EnquĂŞte A65

A65 Ouverture le 14

Dossier complet Tout le Dossier A65

A'liénor fait du sport

Rocade Storim VS Leclerc

La Rocade nord de Mont de Marsan

Mise en service au Caloy

Pire avec l'A65

La rocade de Mont de Marsan

L'A65 prend l'eau Ă  Bazas

Vues du ciel des Landes

Le Fil D'aliénor N°7

ASF quand l'autoroute tue

Un pont mal en point

On a marché sur l'A65

Viaduc du Ciron

Échangeur de Captieux

Bourriot-Bergonce

Bostens les « anti » A65 dans l'après-guerre

Roquefort

l'enfer du paradis perdu

Le Caloy, Lucbardez, Gaillères

Les Arbouts, Saint-Gein

Le Vignau de David ZANCHIN

Aire-sur-l'Adour

Garlin

Echangeur A65-A62

L'oportunité Ă  saisir

Visite sur le chantier à Pujo le plan

Le fil d'Aliénor N6

Liaison 2x2 voies et Caloy

Le pont du Caloy

Déviation d'Aire sur Adour

Deux morts à Pillardit

Un peu de retard

Le viaduc de Roquefort

Rond point au Caloy

L'A65 lave plus blanc

L'A65 compense carbone

Le Vigneau pont Nord

Bourriot et le pont

l'A65 vide les Landes

l'A65 sur FR3

Le Caloy (partie II)

Le fil d'A'léinor N4

Retjons, le maire ...

Roquefort, archologie

Le Caloy, Suppression des fossés

Anarchie sur l'A63

Borloo donne le feu vert

Le chantier suspendu l'accord de Borloo

Le concessionnaire respire

OUI, l'A65

Information - le fil d'A'liénor N2

Eiffage - les engins arrivent

Euro tunnel : l'exemple

Les six raisons des opposants

Bataille perdue

Ils roulent pour l'A65

Patrice Gascogne réagit ...

... avec H. Emmanuelli, l'ARLP répond

Alain Rousset plus offensif que jamais

Emmanueli se fâche

Comme un doute sur L'A65

L'A65 dans l'impasse

Feu orange pour l'A65

Les clignotants au vert

Planteurs volontaires

Et au milieu coulera l'autoroute

La scission des pérs

Dans le Sud-Ouest - l'A65 embauche

l'A65 recrute - Offres d'emplois

A65 et Déviation de Saint-Justin

Photo section Nabias et Arue

l'A65 Aire sur Adour dés 2009

Captieux anticipe l'A65

Section Arue - Roquefort

l'échangeurd'Arue

l'échangeur du Caloy

Détails de la section Lucbardez Galléires

Réunion de Bostens

Réunion de Roquefort

Accueil dossier A65

ARLP nous écrit

Calendrier des réunions janvier 2008

Les plans d'implantation de la section Bourriot-Retjons

Détails Bourriot-Retjons

Partenariat avec les chasseurs

le fil d'alinnor N1

Photo - Bourriot Bergonce

Calendrier des réunions décembre 2007

Recours en cours

Pas grand monde Ă  Retjons

Alternative Régionale Langon Pau

L'écrevisse à pattes blanches

L'échangeur de Captieux

Saint-justin à l'heure de l'A65

Au nord de Saint-justin l'échangeur de Roquefort

Au sud de Saint-justin l'échangeur du Caloy

Sepanso vs Alienor

La fin du "Tout Routier"

On n'est pas seuls

recours en cours

les travaux de déboisement

On nous coupe en deux

Le grenelle relance les opposants

Chasse les palombiéres

Calendrier des travaux

La rubrique emploi

Envoyer nous votre avis sur Saint-Justin.eu

retour

Saint Justin et l'A65 : La déviation qui fait changer Aire

LANDES/A 65. Un peu plus de trois mois après l'ouverture de la déviation routière, Aire-sur-l'Adour goûte aux joies du trafic fluide. Mais cela ne fait pas que des heureux 

 

La déviation de aire sur adour Avant, c'était il y a quatre mois. Jusqu'à juillet dernier, Aire-sur-l'Adour a attendu que soit tenue une promesse préfectorale vieille d'un quart de siècle. Officiellement, la déviation routière de la ville devait être réalisée il y a vingt-neuf ans. C'est aujourd'hui chose faite, en prélude à l'autoroute A 65 Langon-Pau, dont la livraison est annoncée pour le début de 2011. Dès maintenant, prendre la deux fois deux voies de 6 kilomètres qui contourne la ville, c'est comme la traverser à 110 kilomètres-heure sans la voir.

Les Aturins, eux, découvrent une nouvelle vie avec des artères débouchées. Fini les 13 000 véhicules qui s'engouffraient tous les jours sur les avenues étroites des Pyrénées, de Bordeaux, de la Gare ou de Verdun. Si le trafic se densifiait aux périodes des sports d'hiver (nous sommes là au carrefour où l'on choisit la direction de Pau ou de Tarbes), les bouchons étaient devenus quotidiens aux heures de pointe. Conjointement à l'ouverture de la déviation, un arrêté municipal interdit aux poids lourds de plus de 3,5 t de circuler en centre-ville, à l'exception des livreurs.

« Ces ralentissements permanents et la difficulté de se garer faisaient que beaucoup de gens des alentours ne venaient plus en centre-ville. Il est un peu tôt pour savoir s'ils vont revenir, mais les indicateurs sont plutôt favorables », dit le poissonnier restaurateur Thierry Bourrec. Lui, comme la majorité des commerçants aturins, ne travaille pas avec le « passage ». Alors, ils se réjouissent de ne plus subir cette horde de camions bloqués sur le pont, la pollution, le bruit et la dangerosité qui vont avec. « Au début, cela nous a fait bizarre de ne voir que les véhicules du chantier de l'A 65 et les remorques de maïs. Maintenant, même si nous avons perdu pas mal de nos repères, on apprécie la fluidité », assure Francis Darricau, président de l'association Commerce artisanat Aire 2000.

La future autoroute inquiète

La déviation et, plus encore, la future autoroute n'ont pas pour autant dissipé tous les sujets d'inquiétude. Elles en sont même la cause. Le pompiste du rond-point du Mas, en haut de la côte qui vous lance sur la nationale 134 en direction de Pau, a fait son dernier plein il y a peu. Il sait bien qu'un automobiliste pressé d'aller chausser les skis ne déviera pas de la voie rapide pour sa dose de carburant.

La jauge est encore plus parlante du côté des allées de l'Adour, qui mènent aux arènes et au camping. Là se trouve une sandwicherie historique qui ravitaille des bus entiers de touristes pour qui cette place arborée, au pied du pont qui enjambe l'Adour, est une halte appréciée. « Cet été, je n'ai pas trop senti de différence, mais en septembre c'est moins 30 % de chiffre par rapport à l'année dernière. Si cela perdure ces trois prochains mois, je pourrai m'inquiéter. Pour l'instant, je me dis que les habitués de l'itinéraire n'ont pas trop le réflexe de la déviation, mais, avec l'arrivée de l'autoroute, j'ai du souci à me faire », dit le patron en signalant qu'aujourd'hui une partie de ses revenus provient des ouvriers de l'A 65.

Idem pour Chantal, qui gère la brasserie du Comptoir de l'Adour. « Le soir, on a effectivement les gens du chantier, ce qui fausse un peu les statistiques. Mais en ce moment, c'est très net, je perds 50 couverts par jour. Je ne m'attendais pas à une telle chute », avoue-t-elle. Chantal se montre pessimiste pour l'avenir. Elle craint qu'avec l'autoroute les gens de passage, en période de vacances ou les week-ends, ne compensent plus les habitués. « Pour l'instant, la baisse de la TVA fait que je peux garder tous mes employés, mais la conjoncture et la déviation font que, budgétairement, j'en ai un de trop », assure Chantal.

« Il est exact que le véritable tournant sera pris avec l'arrivée de l'autoroute. Il y aura, notamment, l'implantation d'une aire de services qui fait craindre à beaucoup une désaffection de la halte naturelle qu'était notre ville. Il va nous falloir trouver des idées qui incitent les gens à sortir pour venir nous voir », avoue le maire, Robert Cabé.

L'affaire du Leclerc

Le dernier hic a une résonance très locale. Il concerne l'implantation de l'actuel Leclerc de Barcelonne-du-Gers en bord d'échangeur côté aturin à la fin de l'année 2010. « La ville a vendu son terrain de 35 000 mètres carrés constructibles, et on nous a annoncé la nouvelle du transfert du supermarché juste après les élections municipales. Nous n'avions rien contre au départ mais souhaitions qu'il garde la même superficie. Là, on nous annonce une enseigne qui va s'étaler sur 5 500 mètres carrés », regrette le président de l'association des commerçants, Francis Darricau. Pour calmer le jeu, la mairie annonce que les 1,4 million d'euros, fruit de la vente du terrain, seront réinvestis pour revitaliser les commerces du centre de la ville.

« On l'espère. Nous avons une jolie petite ville avec des commerces diversifiés. On nous dit qu'elle a vingt ans de retard, et c'est tant mieux. Au moins il n'y a pas que des banques et des cabinets d'assurances à tous les coins de rue », poursuit Thierry Bourrec. Tous ces débats sont nés d'une autoroute serpent de mer qui est aujourd'hui palpable et qui pourrait dynamiser un secteur enclavé. La déviation est un avant-goût et tout le monde, ici, souhaite qu'elle ne devienne pas arrière-goût avec l'A 65. Comme pour exorciser ces craintes, les Aturins sont nombreux à dire qu'ils continueront à prendre les nationales. Pas question de payer 20 euros pour rouler à 110 kilomètres-heure

Auteur : Jacky Sanudo
j.sanudo@sudouest.com

 

Actualité de l'A65 :

l 'A65 change la vie d'aire

L'autoroute change la vie et les habitudes. La fréquentation des commerces basés sur le passage est perturbée par le changement des habitudes. C'est évident.

Il y aura toujours du pour et du contre, mais l'homme s'adapte déjà à son environnement depuis des millions d'années. Soyons plus inquiet ou plus attentif sur les sujets durables, la planète, l'environement, l'avenir de nos enfants.

leclerc change d'aire

Pour aborder le sujet de l'expansion sans limite des grandes surfaces il va falloir choisir entre marchandises venues d'ailleurs à bas prix sans emplois locaux ou cadre de vie, travail salaire commerces locaux sourires et pouvoir d'achat. C'est un choix de société et nous avons encore les moyens de changer le cour des choses.

Ecrire au webmaster

Envoyer un commentaire sur cet article

Chercher sur le site www.saint-justin.eu

compteur de visites
Saint-Justin© 2007 • Charte de bonne conduite• Mise ŕ jour le 22.10.2009

Saint- Justin - Autoroute A65 - La déviation de Aire sur Adour