Derniers articles

Avril 2011

Dossiers A65   LGV

Dossier A65

L'après A65

On a attendu 40 ans la Pau-Bordeaux

Miracle à Pouydesseaux

L'autoroute Bordeaux-Pau

l'agglo ou le piémont

Olivier de Guinaumont

Contre la mise à péage

Naissance sur l'A65

La future route Pau-Oloron

A65 pas de cadeaux

Coopération intercommunale

Cinq accidents en 24 h

Camion renversé et route bloquée

L'A65 coupée

33 mois de travaux

A65 La bataille sans fin

Un accord foncier

A propos du Béarn

L'autoroute A65 a été fermée

Rentabilité A65

Accident sur l'A65

Pause dans les travaux

Le débat relancé

Partenariat avec les chasseurs

Stop à la polémique

Réductions de vitesse

Réductions de tarif

RN10 Péage pour les landais

Le plein d'espoir

A65 Aire sur Adour SUD

A65 Baisse de tarif

Après l'A65, le dossier des LGV

Le barreau du Caloy

Tarifs au 01 février 2011

RN10 à Péage

Un pont sur la rocade

C'était avant l'A65

A65 Interdiction

l'A65 Tarifs du péage

l'A65 pas le 14 décembre

Téléthon sur l'A65

Liaison A65-A89

Retard à l'allumage A65

J-30 Ouverture A65

Du nouveau au Caloy

Sur la route de l'emploi

Le Fil D'aliénor N°8

Bostens, lot de consolation

L'A65 sur les cartes

l'A65 conduit à Compostelle

Enquête A65

A65 Ouverture le 14

Dossier complet Tout le Dossier A65

A'liénor fait du sport

Rocade Storim VS Leclerc

La Rocade nord de Mont de Marsan

Mise en service au Caloy

Pire avec l'A65

La rocade de Mont de Marsan

L'A65 prend l'eau à Bazas

Vues du ciel des Landes

Le Fil D'aliénor N°7

ASF quand l'autoroute tue

Un pont mal en point

On a marché sur l'A65

Viaduc du Ciron

Échangeur de Captieux

Bourriot-Bergonce

Bostens les « anti » A65 dans l'après-guerre

Roquefort

l'enfer du paradis perdu

Le Caloy, Lucbardez, Gaillères

Les Arbouts, Saint-Gein

Le Vignau de David ZANCHIN

Aire-sur-l'Adour

Garlin

Echangeur A65-A62

L'oportunité à saisir

Visite sur le chantier à Pujo le plan

Le fil d'Aliénor N6

Liaison 2x2 voies et Caloy

Le pont du Caloy

Déviation d'Aire sur Adour

Deux morts à Pillardit

Un peu de retard

Le viaduc de Roquefort

Rond point au Caloy

L'A65 lave plus blanc

L'A65 compense carbone

Le Vigneau pont Nord

Bourriot et le pont

l'A65 vide les Landes

l'A65 sur FR3

Le Caloy (partie II)

Le fil d'A'léinor N4

Retjons, le maire ...

Roquefort, archologie

Le Caloy, Suppression des fossés

Anarchie sur l'A63

Borloo donne le feu vert

Le chantier suspendu l'accord de Borloo

Le concessionnaire respire

OUI, l'A65

Information - le fil d'A'liénor N2

Eiffage - les engins arrivent

Euro tunnel : l'exemple

Les six raisons des opposants

Bataille perdue

Ils roulent pour l'A65

Patrice Gascogne réagit ...

... avec H. Emmanuelli, l'ARLP répond

Alain Rousset plus offensif que jamais

Emmanueli se fâche

Comme un doute sur L'A65

L'A65 dans l'impasse

Feu orange pour l'A65

Les clignotants au vert

Planteurs volontaires

Et au milieu coulera l'autoroute

La scission des pérs

Dans le Sud-Ouest - l'A65 embauche

l'A65 recrute - Offres d'emplois

A65 et Déviation de Saint-Justin

Photo section Nabias et Arue

l'A65 Aire sur Adour dés 2009

Captieux anticipe l'A65

Section Arue - Roquefort

l'échangeurd'Arue

l'échangeur du Caloy

Détails de la section Lucbardez Galléires

Réunion de Bostens

Réunion de Roquefort

Accueil dossier A65

ARLP nous écrit

Calendrier des réunions janvier 2008

Les plans d'implantation de la section Bourriot-Retjons

Détails Bourriot-Retjons

Partenariat avec les chasseurs

le fil d'alinnor N1

Photo - Bourriot Bergonce

Calendrier des réunions décembre 2007

Recours en cours

Pas grand monde à Retjons

Alternative Régionale Langon Pau

L'écrevisse à pattes blanches

L'échangeur de Captieux

Saint-justin à l'heure de l'A65

Au nord de Saint-justin l'échangeur de Roquefort

Au sud de Saint-justin l'échangeur du Caloy

Sepanso vs Alienor

La fin du "Tout Routier"

On n'est pas seuls

recours en cours

les travaux de déboisement

On nous coupe en deux

Le grenelle relance les opposants

Chasse les palombiéres

Calendrier des travaux

La rubrique emploi

Envoyer nous votre avis sur Saint-Justin.eu

retour

Saint Justin et l'A65 : le chantier prend l'eau

Associations et élus s'alarment d'une éventuelle atteinte à une nappe profonde en Sud-Gironde. A'liénor affiche sa sérénité.

 

les équipes du chantier auraient « tapé » dans le réservoir de cette nappe d'eau censée être profonde, du côté de Bazas et de Lignan-de-Bazas.
Les équipes du chantier auraient « tapé » dans le réservoir de la nappe d'eau.( PHOTO Stéphane lartigue)

C'est une drôle d'histoire d'eau. Elle a jailli cette semaine dans la chronique du chantier de l'A65 Langon-Pau, quand Pierre Ducout, le maire (PS) de Cestas, a rédigé un courrier à l'intention des services préfectoraux de la Gironde. Excellent connaisseur de la ressource, président de la Commission locale de l'eau (CLE) en Gironde, Pierre Ducout n'a rien d'un environnementaliste gesticulant. Aussi sa missive n'en a-t-elle que plus de poids. « Il semblerait que les décaissements réalisés pour la mise en place de la chaussée aient recoupé le toit de la nappe du miocène, permettant ainsi son débordement vers la surface », écrit l'élu.

En clair, les équipes du chantier auraient « tapé » dans le réservoir de cette nappe d'eau censée être profonde, du côté de Bazas et de Lignan-de-Bazas. Inenvisageable ? « Pas du tout. Dans ces coins-là, les affleurements de la nappe sont nombreux. À certains endroits, on la trouve à 2 ou 3 mètres de profondeur sous des sables », argumente Gilbert Le Pochat, un membre de la Sepanso, une fédération environnementale affiliée à France Nature Environnement.

Le BRGM est l'établissement  de référence dans le domaine des Sciences de la Terre Gilbert Le Pochat évolue en terrain connu. Géologue retraité, il travaillait au BRGM (Bureau de recherches géologiques et minières), un organisme qui suit les nappes profondes partout en France. C'est lui qui siège à la Commission locale de l'eau pour le compte de la Sepanso.

Selon le courrier de Pierre Ducout, ce percement de la nappe n'aurait rien d'anodin. Il justifierait un pompage permanent de 250 mètres cubes par heure « pour maintenir la chaussée hors d'eau ». Or la nappe miocène est protégée par un Sage, un schéma d'aménagement et de gestion des eaux (lire ci-dessous). Et aucun prélèvement n'y est toléré dans le cadre du chantier de l'A65, autorisé par un arrêté interpréfectoral de mars 2008. « Aussi nous a-t-il paru indispensable que des mesures soient prises pour faire cesser cette situation anormale », poursuit l'élu.

Réduire Police de l'eau

À l'hôtel préfectoral, on assure ne pas avoir reçu ce courrier. Les services de l'État auraient-ils eu vent de l'affaire ? « J'ai moi-même saisi la police de l'eau », appuie Gilbert Le Pochat. « Il serait logique que le préfet fasse dresser un procès-verbal. Et qu'il fasse appliquer la loi, c'est-à-dire cesser les prélèvements. Il va falloir qu'A'liénor rehausse la chaussée. Sinon, il faudra pomper ad vitam aeternam », avance de son côté Philippe Barbedienne, le directeur de la Sepanso. Hier soir, le préfet Dominique Schmitt faisait savoir qu'il demandait « des contrôles des forages et des rabattements de nappes » sur le site dès mardi matin. Une expertise est en outre confiée au BRGM.

Honnie par les écologistes, l'A65 cristallise toujours les passions. Les Verts n'ont pas tardé à se saisir de l'affaire pour réclamer l'arrêt du chantier. Hier, sa secrétaire régionale, Laure Curvale, a à son tour écrit au préfet en ce sens en évoquant « des poursuites judiciaires à l'encontre du concessionnaire ».

Monique De Marco, la chef de file des Verts au Conseil régional, en profite pour réclamer le soutien d'Alain Rousset, le président PS de la Région. Alain Rousset, qui a porté à bout de bras le dossier de l'A65 pendant des années, ne souhaitait pas réagir hier après-midi.

Réduire A'liénor tient ses positions

Logo AliènorAu siège palois d'A'liénor, filiale d'Eiffage, on cerne sans peine les enjeux de l'affaire. Maintes fois attaquée sur ce registre, A'liénor se targue d'oeuvrer dans l'excellence environnementale. Piocher dans une nappe protégée et la laisser s'écouler sans trop le crier sur les toits ferait mauvais genre.

Olivier de Guinaumont, son patron, affiche sa sérénité. « Je n'ai pas de signe qui laisse à penser que l'on serait dans ce scénario-là. De toute façon, si l'administration est saisie, j'imagine qu'elle va diligenter une expertise. On ne va pas mettre notre mouchoir dessus », réagit-il.

A'liénor admet que le chantier est envahi par l'eau dans le secteur de Bazas - Lignan-de-Bazas. Mais, selon l'entreprise, il s'agit d'eau de ruissellement qui s'accumule dans les déblais du chantier. « Nous sommes sur des endroits au sommet des collines, nous creusons 6 à 8 mètres sous le niveau naturel du sol, mais nous sommes encore 10 mètres au-dessus des ruisseaux qui serpentent au pied des coteaux. J'ai du mal à comprendre comment nous aurions pu atteindre l'eau des nappes profondes », poursuit Olivier de Guinaumont, qui souligne le sérieux du dossier déposé au titre de la loi sur l'eau.

Pendant ce temps, à Lignan-de-Bazas, on s'interroge. « On savait qu'A'liénor aurait des problèmes, il y a de l'eau partout. Ils pompent tout le temps. Ils ont dû toucher certaines nappes puisque des puits ont été asséchés. Mais l'eau est revenue depuis. En tout cas, s'ils ont éventré le miocène, je ne vois pas comment ils vont s'en sortir », évalue Olivier Dubernet, le maire de cette petite commune. La suite dès mardi.

Le journal du Sud Ouest Extrait du SudOuest du Samedi 3 Avril 2010 - Auteur : jean-denis renard
jd.renard@sudouest.com

 

Actualité de l'A65 :

le chantier prend l'eau

Saint-Justin on Facebook

 

écrire un commentaire à publier ici Votre commentaire ici

Envoyer un commentaire à publier ici

06.04.10 -Ce n’était pas le miocène
Réduire

La semaine passée, Pierre Ducout, le président de la Commission locale de l’eau en Gironde (et maire PS de Cestas), avait adressé un courrier à la préfecture pour s’inquiéter d’une possible atteinte de la nappe d’eau du miocène sur le chantier de l’autoroute A65 Pau-Langon à hauteur de Bazas.

Cette nappe affleure en certains points du territoire sud-girondin. Sa qualité lui vaut d’être protégée par le SAGE Nappes profondes de Gironde.

La préfecture d’Aquitaine a immédiatement diligenté des analyses qui ont écarté ces soupçons.

Le service police de l’eau de la Direction départementale des territoires et de la mer a procédé aujourd’hui à l’inspection visuelle des déblais et s’est penché sur les études des coupes géologiques du secteur.

Il en résulte que «les travaux d’aménagement n’ont pas intercepté la nappe du miocène, mais la nappe superficielle des sables, comme prévu dans le dossier loi sur l’eau présenté par A’lienor» (le constructeur, filiale d’Eiffage) selon la préfecture.

Les écoulements sont évalués à 30 m3 par heure au maximum. « Des analyses complémentaires vont être demandées à l’aménageur, ainsi qu’une étude précise quant au fonctionnement hydraulique du secteur en cause », conclut l’administration.

Par jean-denis renard

Des milliers d'années en carafe

Ils sont nombreux dans la famille des « -cène ». Pliocène, miocène, oligocène, éocène et autres désignent

Lire la suite ...

Ecrire au webmasterEcrire au webmaster

Chercher sur le site www.saint-justin.eu

Saint-Justin© 2007 • Charte de bonne conduite• Mise à jour le 07.04.2010

Saint- Justin - A65 - le chantier prend l'eau