Derniers articles

Avril 2011

Dossiers A65   LGV

Dossier Bois

La bataille du tonnage

 

Dossier A65

L'après A65

On a attendu 40 ans la Pau-Bordeaux

Miracle à Pouydesseaux

L'autoroute Bordeaux-Pau

l'agglo ou le piémont

Olivier de Guinaumont

Contre la mise à péage

Naissance sur l'A65

La future route Pau-Oloron

A65 pas de cadeaux

Coopération intercommunale

Cinq accidents en 24 h

Camion renversé et route bloquée

L'A65 coupée

33 mois de travaux

A65 La bataille sans fin

Un accord foncier

A propos du Béarn

L'autoroute A65 a été fermée

Rentabilité A65

Accident sur l'A65

Pause dans les travaux

Le débat relancé

Partenariat avec les chasseurs

Stop à la polémique

Réductions de vitesse

Réductions de tarif

RN10 Péage pour les landais

Le plein d'espoir

A65 Aire sur Adour SUD

A65 Baisse de tarif

Après l'A65, le dossier des LGV

Le barreau du Caloy

Tarifs au 01 février 2011

RN10 à Péage

Un pont sur la rocade

C'était avant l'A65

A65 Interdiction

l'A65 Tarifs du péage

l'A65 pas le 14 décembre

Téléthon sur l'A65

Liaison A65-A89

Retard à l'allumage A65

J-30 Ouverture A65

Du nouveau au Caloy

Sur la route de l'emploi

Le Fil D'aliénor N°8

Bostens, lot de consolation

L'A65 sur les cartes

l'A65 conduit à Compostelle

Enquête A65

A65 Ouverture le 14

Dossier complet Tout le Dossier A65

A'liénor fait du sport

Rocade Storim VS Leclerc

La Rocade nord de Mont de Marsan

Mise en service au Caloy

Pire avec l'A65

La rocade de Mont de Marsan

L'A65 prend l'eau à Bazas

Vues du ciel des Landes

Le Fil D'aliénor N°7

ASF quand l'autoroute tue

Un pont mal en point

On a marché sur l'A65

Viaduc du Ciron

Échangeur de Captieux

Bourriot-Bergonce

Bostens les « anti » A65 dans l'après-guerre

Roquefort

l'enfer du paradis perdu

Le Caloy, Lucbardez, Gaillères

Les Arbouts, Saint-Gein

Le Vignau de David ZANCHIN

Aire-sur-l'Adour

Garlin

Echangeur A65-A62

L'oportunité à saisir

Visite sur le chantier à Pujo le plan

Le fil d'Aliénor N6

Liaison 2x2 voies et Caloy

Le pont du Caloy

Déviation d'Aire sur Adour

Deux morts à Pillardit

Un peu de retard

Le viaduc de Roquefort

Rond point au Caloy

L'A65 lave plus blanc

L'A65 compense carbone

Le Vigneau pont Nord

Bourriot et le pont

l'A65 vide les Landes

l'A65 sur FR3

Le Caloy (partie II)

Le fil d'A'léinor N4

Retjons, le maire ...

Roquefort, archologie

Le Caloy, Suppression des fossés

Anarchie sur l'A63

Borloo donne le feu vert

Le chantier suspendu l'accord de Borloo

Le concessionnaire respire

OUI, l'A65

Information - le fil d'A'liénor N2

Eiffage - les engins arrivent

Euro tunnel : l'exemple

Les six raisons des opposants

Bataille perdue

Ils roulent pour l'A65

Patrice Gascogne réagit ...

... avec H. Emmanuelli, l'ARLP répond

Alain Rousset plus offensif que jamais

Emmanueli se fâche

Comme un doute sur L'A65

L'A65 dans l'impasse

Feu orange pour l'A65

Les clignotants au vert

Planteurs volontaires

Et au milieu coulera l'autoroute

La scission des pérs

Dans le Sud-Ouest - l'A65 embauche

l'A65 recrute - Offres d'emplois

A65 et Déviation de Saint-Justin

Photo section Nabias et Arue

l'A65 Aire sur Adour dés 2009

Captieux anticipe l'A65

Section Arue - Roquefort

l'échangeurd'Arue

l'échangeur du Caloy

Détails de la section Lucbardez Galléires

Réunion de Bostens

Réunion de Roquefort

Accueil dossier A65

ARLP nous écrit

Calendrier des réunions janvier 2008

Les plans d'implantation de la section Bourriot-Retjons

Détails Bourriot-Retjons

Partenariat avec les chasseurs

le fil d'alinnor N1

Photo - Bourriot Bergonce

Calendrier des réunions décembre 2007

Recours en cours

Pas grand monde à Retjons

Alternative Régionale Langon Pau

L'écrevisse à pattes blanches

L'échangeur de Captieux

Saint-justin à l'heure de l'A65

Au nord de Saint-justin l'échangeur de Roquefort

Au sud de Saint-justin l'échangeur du Caloy

Sepanso vs Alienor

La fin du "Tout Routier"

On n'est pas seuls

recours en cours

les travaux de déboisement

On nous coupe en deux

Le grenelle relance les opposants

Chasse les palombiéres

Calendrier des travaux

La rubrique emploi

Envoyer nous votre avis sur Saint-Justin.eu

retour

Saint Justin et l'A65 : Le moral est en berne

FORÊT. Des pins à terre qui se détériorent, des prix en chute libre, des aides qui ne viennent pas. Les sylviculteurs ont plus que jamais la gueule... de bois

 

La déprime des sylviculteurs

Lequel ne cache pas que l'avenir de la filière se résume pour l'heure à un « grand point d'interrogation ». Car avec 40 millions de mètres cubes par terre et des aides considérées comme inexistantes, la reconstitution de la forêt landaise n'est pas pour demain. Décryptage.

Près de dix mois après le passage de la tempête Klaus, qui a supplicié de part en part le massif forestier landais, le moral des sylviculteurs est toujours aussi fragile. Pour ne pas dire « en berne » comme le dit Arnaud Regnacq, le président du groupement de productivité forestière du Sud Landes (1).

 

1 Les prix se sont effondrés

C'est la conséquence immédiate et numéro un de la tempête : l'effondrement des cours du bois. En raison principalement d'un afflux important de bois sur le marché : « Concrètement, explique Arnaud Regnacq, avant la tempête, nous vendions le mètre cube de bois 35 euros, aujourd'hui, on le vend entre deux et cinq euros. » Une chute vertigineuse qui fait surtout l'affaire des scieries : « En achetant aussi bas, elles ont pu se refaire des marges. Résultat, c'est nous qui finançons toute la crise. Mais, pour nous, la situation est catastrophique. »

2 Du bleu à l'âme et sur le bois

Comme si cet effondrement des prix ne suffisait pas. Un autre phénomène est venu aggraver cette situation : la détérioration du bois. Une conséquence directe de l'énormité des dégâts provoqués par Klaus. En effet, si 40 millions de mètres cubes de bois sont tombés, les sylviculteurs n'ont pu en sortir qu'à peine 12 millions. Si bien qu'il reste encore, à terre, près de 30 millions de mètres cubes. Résultat, explique Arnaud Regnacq : « Le bois reste sur les parcelles, il sèche, il devient bleu et donc impropre à toute production industrielle. » Et consécutivement à cettedétérioration, le bois est déclassé.

« Alors que ce bois-là était avant réservé à des usages de menuiserie ou de parqueterie, il part désormais en bois de chauffage ou alors en bois de trituration », déplore Arnaud Regnacq.

3 Ils rêvent d'une assurance tempête

Dans ces conditions quel est l'avenir des sylviculteurs ? En prenant de la hauteur, la priorité qui s'impose reste le déblaiement et le nettoyage des parcelles dévastées. Pour envisager tout simplement la reconstitution du massif.

Toutefois, si la théorie est connue, dans la pratique, ce scénario se heurte de plein fouet à une autre question : celle du coût de telles opérations. Et ce d'autant plus que, comme l'assure Arnaud Regnacq : « Nous n'avons toujours rien vu venir du plan Barnier et de son milliard d'euros. » Un blocage qui passe de plus en plus mal chez les sylviculteurs : « Non seulement, on attend des aides pour nettoyer nos parcelles, mais aussi et surtout une indemnisation pour tout ce qui est tombé. »

Sachant que les sylviculteurs militent également pour la création d'une disposition jugée aujourd'hui indispensable : une assurance sur les risques naturels.

« Pour pouvoir repartir, insiste Arnaud Regnacq, il faut que notre investissement puisse être garanti par une assurance pour le risque naturel. Sauf qu'aujourd'hui pour la forêt, ce risque n'existe pas. On ne repartira pas si notre capital n'est pas assuré. »

(1) Ce groupement compte près de 150 producteurs.

Auteur : jefferson desport
j.desport@sudouest.com

 

KlausActualité  :

Le moral est en berne

Les propritaires sylviculteurs sont actuellement dans une situation désespèrée.

Bois en attente

La vente des bois, pour ceux qui ont trouvés preneur ne couvrent même pas les frais de netoyage des parcelles et empêche de replanter.

Débardage dans les landes

Le retard des indemnisations a conduit les moins nantis à être incapable de vendre ou de débarder leurs parcelles.

Sanglier des Landes

Les sangliers se multiplient causant des dégats aux alentours, la chasse y est quasiment impossible, et le rsique de feu est certain.

Les aides promises mécontentent les sylviculteurs des Landes, lire les promesses ...

L'état se doit de respecter ses engagements, sinon les électeurs remettront tout en question.

Développement durable ou indemnisation dans la durée. rendez-vous aux urnes

Ecrire au webmaster

Envoyer un commentaire sur cet article

Fonctionnalité bloquée par préférence cookies

compteur de visites
Saint-Justin 2007 Charte de bonne conduite Mise jour le 20.11.2009

Saint- Justin - Le moral est en berne