Derniers articles

Avril 2011

Dossiers A65   LGV

Dossier LGV

Relèvement de la TVA

Lgv en Béarn

Les nouveaux horaires

La gare TGV de Lucbardez

SNCF Mobilisation générale

Opposants LGV et censure

La SNCF modernise

700 hommes derrière ce puzzle

Tgv déraillement d'un train

Lgv le tracé optimisé

Trois nouvelles gares

Le tracé de la LGV arrêté

LGV : les 4 tracés à la loupe

Horaires de vos trains

F.G.V., faillite à grande vitesse

Un vrai débat démocratique

LGV, Avocat à grande vitesse

Roquefort soulagée

la LGV en vidéo virtuel

LGV Exigences incompatibles

LGV La défense de la fôret

60 Millions de plus

LGV un pas en avant

LGV et Cantonales

Et si on allait en Bearn

On embauche 1300 personnes

Intercommunale sur les rails

Après l'A65, le dossier des LGV

Tarifs SNCF 2,8% en plus

Qui veut gagner des millions

Tgv tacle d'Alain Rousset

LGV des emplois à la pelle

Brouillage sur le ligne

Toujours plus au Nord

89% de OUI à la LGV

Trafic sur le tracé LGV

La bande des 100 mètres

Les anti-LGV à Agen

Permis de construire

Toujours suprenant, nos élus

Décision historique du Conseil régional

Les Anti LGV même le rail

LGV - Du nouveau au Caloy

le bras de fer entre les élus et la SNCF

Borloo prend le train en marche

Alain Rousset croise le fer

Le bassin orthézien oublié ?

Le tracé des 100 mètres d'Uchacq et Geloux

Geloux Détournement du tracé

Ajustements sur le tracé

TGV tout le monde descend

Tant d'inconnues dans le tracé

Protocole d'accord LGV

Le «pari» a du mal à passer

la LGV voté dans les Landes

Interview Hubert de Mesnil

Détails du tracé Landais

Un train dans un jeu de quilles

Le tracé Landais de la LGV décidé

le fuseau de 1.000 mètres

LUCBARDEZ-ET-BARGUES opposants LGV

Militants anti-LGV dans l'hémicycle

Les élus appellent un médiateur

Gérve des contrôleurs

Faut-il supprimer les TER?

Détails Roquefort - Marsan

La bande des 1000 mètres

Des voix contre les voies

Deux gares nouvelles

les grands travaux

Royal parle de racket

la voie Royal

Gaz à tous les étages

Le TGV déraille

Sarkozy s'en mêle

L'acte de foi

Décrt public

Ouverture obligatoire

La LGV combien ?

Décision partie II

Le projet partie I

Mam et la LGV

L comme LEA

L comme Laka L'est

L comme Liberté ou Lionel

Lionel nous écrit

Train d'opposants

Les limites du plan de relance

Retjons, le maire ...

LGV : Qui va payer?

Entre dans l'ére de la LGV

Le massif landais refuse d'être saigné

15.03.08 Création du dossier

Envoyer nous votre avis sur Saint-Justin.eu

retour

Saint Justin et la ligne LGV - Le « pari » de la LGV a du mal à passer

À l'invitation de la mairie de Saint-Paul-lès-Dax, Réseau ferré de France a rencontré riverains et opposants au projet. Débat houleux.

 

À l'invitation de la mairie de Saint-Paul-lès-Dax, Réseau ferré de France a rencontré riverains et opposants au projet. Débat houleux.
Responsables du projet dans les Landes, Philippe Lacroix et Daniel Coz ont tenté de répondre aux questions des riverains. photo philippe salvat
Selon la terminologie de la maire Saint-Pauloise, c'était une réunion « semi-publique ». La semaine dernière, la municipalité avait invité les représentants de Réseau ferré de France (RFF) à venir exposer le projet de Ligne à grande vitesse aux riverains impactés par le fuseau. Une invitation étendue aux associations hostiles au projet. Et comme attendu, le débat a été houleux dans la salle Félix-Arnaudin, les participants remettant en cause le bien-fondé de la ligne qui va provoquer deux « saignées » dans le paysage saint-paulois, au nord via le tracé principal, et à l'ouest avec le raccordement à la gare de Dax (1).

 

Étonnamment « zen » face à une assistance fébrile, les porte-parole de RFF ont tenté d'apporter des réponses, tandis que le maire Danielle Michel calmait le jeu : « Vous n'êtes pas là pour gueuler et manifester toute la rage que vous avez en vous. Ou alors criez et après on discutera avec les gens qui le souhaitent ! »

« Mensonger ! »

Selon Philippe Lacroix, responsable de la mission GPSO pour le Sud Landes et le Pays basque, « la construction d'une ligne nouvelle est la seule alternative. L'existante n'a pas la capacité de correspondre aux caractéristiques d'une LGV, même avec des améliorations. Cette nouvelle ligne prendra le relais de l'actuelle quand elle arrivera à saturation, et va permettre de développer un trafic de fret encore embryonnaire. »

Croire en l'avenir de la LGV alors que la grève et la paralysie sont en permanence la pour nous affirmer le contraireUne nécessité que contestent les opposants, riverains ou non, et contre-arguments à l'appui : « Ce que vous dites est mensonger ! D'après une étude menée par les industriels du transport, le fret a diminué de 10 à 15 %. Et ce n'est pas avec une entreprise en grève en permanence comme la SNCF que cela va s'améliorer ! » Responsable du projet pour les Landes, Daniel Coz reconnaît que les chiffres présents ne sont pas mirifiques : « Oui, en 2009, le fret s'est effondré, oui la crise est passée par là. Cette ligne est un investissement sur l'avenir et comme tout investissement un pari. L'objectif est d'arriver à 20-25 % de fret ferroviaire avec l'Espagne, dont nous croyons au changement de culture en termes de transport. Cette ligne ne sera pas construite pour 50 ans mais pour trois siècles. »

« Qui va payer mon crédit ? » À l'échelle d'une vie humaine, la projection est plutôt difficile, et le pari déjà engagé sur le terrain, comme l'ont expliqué les gérants des deux campings saint-paulois compris dans le fuseau. « Des bruits courent parmi les curistes qui m'ont déjà dit qu'ils ne reviendraient pas puisque nous n'existerons plus, explique le propriétaire des Pins du soleil. Des clients ont déjà vendu leur mobil-home. Or j'ai fait un très, très gros crédit qui pour vous est sans doute "peanuts". Mais si j'ai une perte de clientèle, qui va me le payer ? La mairie ? Vous ? »

Même interrogation pour cette propriétaire qui a contracté un prêt relais pour construire une autre maison, en espérant bien vendre la sienne : « Aujourd'hui, avec ce projet, elle n'a plus de valeur. Et tout est gelé pendant cinq ans. Alors comment je fais ? Je dis quoi à mon banquier ? Les gens veulent savoir ce qui va se passer demain et pas dans 50 ans ou un siècle. »

Des administrés inquiets, qui sont allés poser des questions plus précises à la fin de la réunion, tandis que les plus farouches opposants déployaient des banderoles « Non à la LGV » dans la salle, et que les membres d'Attac émettaient le vœu que ce « très cher » projet soit déclaré au final « d'inutilité publique ».

(1) Le 22 décembre dernier, le Conseil municipal a voté une motion à l'unanimité exprimant ses inquiétudes face au tracé envisagé.

23 avril 2010 09h10 | Par emma saint-genez

Dossier LGV LGV : Actualité :

 Le « pari » de la LGV a du mal à passer

Saint-Justin on Facebook

 

Votre commentaire ici Votre commentaire ici

Envoyer un commentaire sur cet article

Vers « un tracé pressenti » comment RFF va passer d'un fuseau de 1 000 à 100 mètres

La CCI des LandesÀ la demande de Pascal Dussin, représentant la CCI des Landes lors de cette réunion, Daniel Coz a expliqué comment RFF allait passer d'un fuseau de 1 000 à 100 mètres.

Réponse : « Nous allons faire des investigations géotechniques, géographiques, écologiques et un relevé plus précis des bâtis qui permettront d'établir des cartes d'enjeux humains, naturels, physiques et patrimoniaux d'où se dégageront des zones d'évitement. Le cas des hameaux et de tout habitat collectif. Ces cartes sortiront au mois de septembre-octobre 2010 et seront soumises aux services de l'État, à la Région, au département, aux élus et aux représentants des associations. En janvier 2011, nous aurons un tracé pressenti, puis à l'été 2011 un tracé retenu. L'enquête publique sera ouverte en 2012, les bâtis acquis en 2014, après la déclaration d'utilité publique. Le chantier commencerait en 2015-2016 pour une ligne opérationnelle en 2020 ».

Un mail pour Saint-JustinEcrire au webmaster

 

Chercher sur le site www.saint-justin.eu

Saint-Justin© 2007 • Charte de bonne conduite• Mise à jour le 27.04.2010

Saint- Justin - LGV - Le « pari » de la LGV a du mal à passer