Derniers articles

Avril 2011

Dossiers A65   LGV

Dossier LGV

Relèvement de la TVA

Lgv en Béarn

Les nouveaux horaires

La gare TGV de Lucbardez

SNCF Mobilisation générale

Opposants LGV et censure

La SNCF modernise

700 hommes derrière ce puzzle

Tgv déraillement d'un train

Lgv le tracé optimisé

Trois nouvelles gares

Le tracé de la LGV arrêté

LGV : les 4 tracés à la loupe

Horaires de vos trains

F.G.V., faillite à grande vitesse

Un vrai débat démocratique

LGV, Avocat à grande vitesse

Roquefort soulagée

la LGV en vidéo virtuel

LGV Exigences incompatibles

LGV La défense de la fôret

60 Millions de plus

LGV un pas en avant

LGV et Cantonales

Et si on allait en Bearn

On embauche 1300 personnes

Intercommunale sur les rails

Après l'A65, le dossier des LGV

Tarifs SNCF 2,8% en plus

Qui veut gagner des millions

Tgv tacle d'Alain Rousset

LGV des emplois à la pelle

Brouillage sur le ligne

Toujours plus au Nord

89% de OUI à la LGV

Trafic sur le tracé LGV

La bande des 100 mètres

Les anti-LGV à Agen

Permis de construire

Toujours suprenant, nos élus

Décision historique du Conseil régional

Les Anti LGV même le rail

LGV - Du nouveau au Caloy

le bras de fer entre les élus et la SNCF

Borloo prend le train en marche

Alain Rousset croise le fer

Le bassin orthézien oublié ?

Le tracé des 100 mètres d'Uchacq et Geloux

Geloux Détournement du tracé

Ajustements sur le tracé

TGV tout le monde descend

Tant d'inconnues dans le tracé

Protocole d'accord LGV

Le «pari» a du mal à passer

la LGV voté dans les Landes

Interview Hubert de Mesnil

Détails du tracé Landais

Un train dans un jeu de quilles

Le tracé Landais de la LGV décidé

le fuseau de 1.000 mètres

LUCBARDEZ-ET-BARGUES opposants LGV

Militants anti-LGV dans l'hémicycle

Les élus appellent un médiateur

Gérve des contrôleurs

Faut-il supprimer les TER?

Détails Roquefort - Marsan

La bande des 1000 mètres

Des voix contre les voies

Deux gares nouvelles

les grands travaux

Royal parle de racket

la voie Royal

Gaz à tous les étages

Le TGV déraille

Sarkozy s'en mêle

L'acte de foi

Décrt public

Ouverture obligatoire

La LGV combien ?

Décision partie II

Le projet partie I

Mam et la LGV

L comme LEA

L comme Laka L'est

L comme Liberté ou Lionel

Lionel nous écrit

Train d'opposants

Les limites du plan de relance

Retjons, le maire ...

LGV : Qui va payer?

Entre dans l'ére de la LGV

Le massif landais refuse d'être saigné

15.03.08 Création du dossier

Envoyer nous votre avis sur Saint-Justin.eu

retour

Saint Justin et la ligne LGV - LGV : les sylviculteurs craignent une saignée forestière

Débat ? Selon eux, le tracé préconisé menace le système de défense de la foret

 

 Les forestiers voudraient que le tracé de la LGV colle au plus près celui de l'A65 (photo).  archives « Sud ouest »
Les forestiers voudraient que le tracé de la LGV colle au plus près celui de l'A65 (photo). archives « Sud ouest »
Les sylviculteurs l'ont mauvaise. Lors d'une récente présentation par Réseau ferré de France (RFF) du tracé « préconisé » de la LGV Sud dans les Landes, pas une seule fois le mot « forêt » n'a été prononcé. « Cela force le respect », ironisent Éric Dumontet, secrétaire général adjoint du syndicat, et son juriste, Guillaume Rielland. Ce tracé inscrit la future voie ferroviaire dans une bande de 100 mètres de large, en attendant le tracé « approfondi » qui devrait être proposé dans le courant du second semestre 2011. Autrement dit, au niveau du terrain, les choses se précisent de plus en plus.

 

Si le mot forêt n'a pas été prononcé, elle est pourtant bien la première concernée. En effet, dans l'état actuel du projet, elle serait traversée sur 282 kilomètres, sachant que chaque kilomètre en consomme 9 hectares. Une goutte d'eau à l'échelle du massif qui en fait 1 million, mais un problème pour la centaine de propriétaires impliqués.

Dialogue

Trois critères - fonctionnalité, économie, environnement - ont été pris en compte pour comparer et choisir entre les différents « fuseaux » préalablement établis. Mais pour le Syndicat des sylviculteurs du Sud-Ouest, il est clair que « la seule entrée a été le calcul de coût ». Guillaume Rielland étaye cet avis par le fait que « le prix de 40 kilomètres de traversée en forêt représente le prix de 1 kilomètre traversé en zone urbanisée ».

Frontalement opposé à la LGV au départ, le syndicat avait pourtant évolué. « À partir du moment où Jean-Louis Borloo a signé et donné vie au tracé, il est devenu difficile d'être contre. Nous avons dès lors privilégié le dialogue dans l'intérêt de nos adhérents et de la Défense forestière. C'est une position difficile à faire partager à la base. Mais on s'est dit que si l'on n'était pas dans le dialogue, il serait plus difficile d'obtenir des compensations », explique Éric Dumontet.

Variable d'ajustement

Or, dit-il, « on n'a pas du tout l'impression que nos observations ont été prises en compte, la concertation n'a rien donné ». Il avance deux exemples. « On avait proposé, pour limiter la déforestation, que la LGV colle au plus près l'autoroute A65.Nous avions proposé également de préserver les ouvrages de la DFCI, ainsi que les pépinières. Nous constatons que la LGV ne colle pas à l'A65 autant que cela nous paraissait souhaitable. »

S'agissant de la DFCI, il cite un « problème particulier » du côté de Xaintrailles, en Lot-et-Garonne. « Là, RFF a privilégié un élément de biodiversité du type papillon en ne tenant pas compte du risque incendie. Or, le schéma retenu provoque un vrai effet de coupure pour la gestion forestière et d'un point de vue hydraulique. » La preuve, selon Guillaume Rielland, que « le critère environnemental est une variable d'ajustement pour RFF ».

Quant à l'obligation inscrite dans la loi d'une compensation reboisement à l'hectare près sur une autre partie du territoire, elle relève davantage pour eux de l'opération de « green washing » que d'une politique forestière.

Le Syndicat des sylviculteurs n'entend pas baisser les bras pour autant : « D'ici à l'énoncé du tracé approfondi, il nous reste encore une petit marge de manœuvre. » Notamment pour dénoncer « le manque de coordination entre tous les projets qui traversent le massif forestier » et « se battre pour le rétablissement des points DFCI menacés ».

 

Extrait du journal16 mai 2011 06h00 | Par Jacques Ripoche

Désacord à Escaudes LGV : Actualité :

LGV : les sylviculteurs craignent une saignée forestière

 

Votre commentaire ici Votre commentaire ici

Envoyer un commentaire sur cet article

Un mail pour Saint-JustinEcrire au webmaster

 

Chercher sur le site www.saint-justin.eu

Saint-Justin© 2007 • Charte de bonne conduite• Mise à jour le 24.05.2011

Saint- Justin - LGV - LGV : les sylviculteurs craignent une saignée forestière